L'Obsoco

L'observatoire société et consommation

Menu

LA NOUVELLE VIE AU BUREAU – Entretien avec Jacques Bagge, Directeur Business Development de JLL

Jacques Bagge est depuis 30 ans un acteur reconnu de l’immobilier d’entreprise dont il a eu l’occasion d’aborder plusieurs facettes : utilisateur, broker, manager et enfin développeur.

L’APPARTENANCE A UNE COMMUNAUTÉ PREND LE PAS SUR L’APPARTENANCE A L’ENTREPRISE QUELLES SONT LES ATTENTES EN MATIÈRE DE CONDITIONS DE TRAVAIL AUJOURD’HUI ?

La frontière entre la vie privée et la vie professionnelle tend à disparaître, du fait notamment des évolutions technologiques de la dernière décennie. Les appels sur le portable, les mails, se soucient peu du lieu de leur réception, et la journée de travail ne s’arrête pas lorsque le salarié quitte son bureau. L’aménagement des espaces de travail a beaucoup tenu compte de cette réalité et les salariés recherchent aujourd’hui au bureau des environnements de travail ressemblant à leur environnement domestique. Cette recherche est contenue dans l’expression « Comme à la Maison » qui se matérialise de deux façons:

  • dans le mobilier : on trouve de plus en plus de canapés, voire de méridiennes dans les espaces de bureaux, des tables basses, des fauteuils n’ayant rien à voir avec un siège de bureau;
  • dans les services mis à la disposition du salarié: comme à la maison, la machine à café est en libre service, le réfrigérateur est plein de canettes, la table de ping-pong ou le baby-foot sont accessibles, il y a une salle de sport, le restaurant est ouvert à toute heure, l’on peut aller faire une sieste réparatrice dans une pièce aménagée, il y a une salle d’eau avec des douches, etc…

Le salarié y trouve son bonheur, le fameux bien-être au travail auquel il aspire, et son employeur se réjouit de l’impact de ces aménagements sur sa productivité (diminution du taux d’absentéisme, recrutement facilité, allongement de la durée de travail des cadres et même, multiplication des occasions d’échange informelles, qui sont souvent sources d’une meilleure communication  et de créativité).

EN QUOI LES NOUVELLES PRATIQUES DU TRAVAIL, NOTAMMENT DANS LES ESPACES DE CO-WORKING, MODIFIENT-ELLES LE RAPPORT AU LIEU DE TRAVAIL ?

On en est au début du co-working, et il est difficile de tirer aujourd’hui des conclusions de ce qui n’est encore, particulièrement en France, qu’une expérience en plein développement. Une constatation peut cependant déjà être faite, qui peut avoir sur le management et sur la manière de faire du business des conséquences importantes: à l’heure où l’appartenance à un réseau social fait partie de l’ADN de la quasi-totalité des salariés, particulièrement dans les jeunes générations, les exploitants de site de co-working ont pour premier objectif de créer une communauté. Le sentiment pour le salarié d’appartenance à cette communauté, pourrait bien prendre le pas sur celui de l’appartenance à une entreprise. On sait les membres de la génération Y moins investis dans l’appartenance à leur entreprise que leurs prédécesseurs. On peut parfaitement imaginer que se substitue à celle-ci le sentiment d’appartenance à la communauté des utilisateurs de tel ou tel site de co-working. Le plus important d’entre eux, qui revendique 30 000 membres (il est intéressant de noter qu’on ne communique plus sur le nombre des locataires, mais sur le nombre de leurs salariés) a créé une plate-forme à laquelle ils ont accès, qui recense des offres de service variées, opère des rapprochements sur le thème du recrutement, du déménagement, qui vont forcément toucher les opérateurs de ce type de services: chasseurs de têtes, conseils immobilier, etc…

S’ORIENTE–T-ON VERS UNE MUTATION DU RÔLE DES ACTEURS DE L’IMMOBILIER D’ENTREPRISE ?

Cette évolution vers le développement de communautés professionnelles qui ne sont issues que d’une installation dans le même type de lieux de travail, amène les acteurs de l’immobilier d’entreprise à faire évoluer ou à repenser leurs modèles. Il n’est pas étonnant par exemple que le co-working en France se développe à l’initiative de grands promoteurs: Bouygues Immobilier avec NextDoor, Nexity avec Blue Office, Les Nouveaux Constructeurs avec Kwerk s’efforcent de créer des communautés dont les membres ne sont plus liés par l’installation dans un immeuble construit par le même promoteur, mais par un mode d’organisation des espaces de travail favorisant les échanges, les contacts, les partages d’expérience. L’un des buts poursuivis est naturellement de fidéliser ces entreprises, et d’accompagner leur développement dans des sites de la même marque.

Les conseils immobiliers doivent aussi repenser une partie de leurs activités; ces promoteurs s’efforçant de conserver leurs locataires à l’intérieur de leur patrimoine deviennent concurrents de leur activité transactionnelle. Il faut donc multiplier les services d’accompagnement du déménagement pour recréer la différence. Quant aux propriétaires, ils ont le souci de rendre leurs immeubles le plus flexibles, le plus adaptables possible pour que si la vague du co-working prend une place importante, ils puissent toujours adapter leurs immeubles de bureaux traditionnels pour y accueillir ses acteurs.

POUR CONCLURE, QUEL EST L’AVENIR DU BUREAU ?

L’univers du travail est à part entière un univers de sociabilité. On le voit notamment avec le peu de succès, finalement, du télétravail. Cette grande idée des années 80 / 90 demeure très marginale aujourd’hui et l’on peut se réjouir d’observer ce besoin permanent des individus de se voir, de se croiser, d’échanger, de s’enrichir de la présence et du contact de l’autre. Les hommes et les femmes sont aujourd’hui considérés par tous les acteurs de l’immobilier d’entreprise avant la structure à laquelle ils appartiennent. L’appropriation de l’espace où l’on travaille contribue à créer la valeur du dit espace. C’est une tendance profonde qui guide dans leurs plans d’évolution de leur métier l’ensemble des acteurs de l’immobilier d’entreprise. Le bureau peut changer dans son organisation, son aménagement, sa dénomination même, on aura toujours besoin d’espaces partagés pour se réunir et travailler.