L'Obsoco

L'observatoire société et consommation

Menu

« LES FRANÇAIS AIMENT L’AUTOMOBILE…MAIS AUTREMENT » SUR L’ARGUS

LIRE L’ARTICLE SUR LE SITE DE L’ARGUS.FR

Le désamour pour la voiture n’est pas confirmé par l’enquête de l’Observatoire des mobilités émergentes. Mais, de plus en plus, l’automobile est « consommée » différemment.

L’essor de l’auto-partage et du covoiturage confirment-ils le détachement des Français à l’égard de l’automobile ? L’Observatoire des mobilités émergentes a lancé une vaste enquête en ligne auprès d’un échantillon de 4000 personnes pour tenter de répondre à cette question. « En substance, la réponse est plutôt non », explique Philippe Moati, qui a présenté cette étude qu’il a dirigée.

7{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des km parcourus en voiture ne le sont pas dans une voiture personnelle

L’automobile reste dominante dans la gestion de la mobilité malgré la montée en puissance des solutions alternatives. En effet, 96{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français affirment l’utiliser lors de leurs déplacements (conducteurs et passagers confondus) dont 83{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} déclarent y avoir recours plus d’une fois par semaine. L’automobile « patrimoniale » a encore de beaux jours devant elle.  Cette voiture personnelle représente encore 93{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des kilomètres parcourus dans l’année, ce qui signifie que 7{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} relèvent d’autre chose. Ce sont ces 7{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} qui sont peut-être le début d’un changement plus fondamental qu’il va falloir continuer d’observer.

N’oublions pas le co-voiturage informel 

Environ 30{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français interrogés déclarent avoir eu recours au covoiturage au cours des 12 derniers mois, 18{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} en tant que passagers et 25{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} en tant que conducteur. L’enquête ayant été réalisée en ligne, n’ont répondu que des internautes, une population particulièrement portées vers ces formes de mobilités émergentes. Cela dit, contrairement à l’idée reçue, les sites internet spécialisés dans le covoiturage (de type Blablacar) ne représentent qu’une part minoritaire du covoiturage (celui qui concerne essentiellement les longues distances). En effet, dans la majorité des cas, le covoiturage est informel et il ne fait l’objet d’une transaction monétaire qu’une fois sur deux.
A côté du co-voiturage, l’autopartage est l’autre formule montante. En France, 5{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français y ont recours (11{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} au sein de l’agglomération parisienne, 19{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} dans Paris Intramuros). 

La propriété reste bien ancrée

Encore 81{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des personnes interrogées privilégient la propriété à l’usage. Mais dans les années à venir ce pourcentage risque de s’éroder. L’appétence pour les formules basées sur l’usage (en particulier le recours à l’automobile au coup par coup avec des formules de type location, autopartage, covoiturage…) s’accroit au fil des ans. Mais cette évolution n’est pas uniforme sur le territoire. Plus l’agglomération est grande, plus elle est importante. A Paris, la possession d’une voiture n’est considérée comme importante que par 40{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des résidents.

21{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français ont réduit leur usage de l’automobile

Si les pratiques de mobilité sont différentiées en fonction des territoires, c’est parce qu’elles résultent en grande partie liée à la disponibilité des transports.
Quelque 21{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des individus questionnés ont réduit leur usage de l’automobile au cours des dernières années. Près de 40{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} d’entre eux pensent continuer à réduire leur usage de l’automobile dans les années à venir. Seuls 11{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} envisagent de revendre leur deuxième voiture et à peine 6{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} pensent se séparer de leur voiture principale et ne pas la remplacer.
Globalement, les résultats de l’étude ne reflètent pas pour autant le désamour des Français à l’égard de l’automobile. Ils pointent plutôt les limites des offres de transports collectifs et surtout une manière différente d’utiliser la voiture.

Lire l’article sur le site de l’Argus.fr