L'Obsoco

L'observatoire société et consommation

Menu

PUBLICATION DE LA VAGUE 2 DE L’OBSERVATOIRE DES CONSOMMATIONS ÉMERGENTES

La crise accélère la mutation des comportements de consommation

19 pratiques de consommation s’écartant des logiques marchandes ordinaires ont été passées au crible au cours de la vague 2013 de l’Observatoire des consommations émergentes : don, emprunt, troc, achat et vente d’occasion, location, autopartage, covoiturage, couchsurfing… Près de 60 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français sont déjà largement engagés dans ces manières de consommer autrement. La diffusion de ces pratiques dépasse ainsi très largement le cercle des militants, même s’ils en sont par ailleurs souvent à l’origine.

L’engagement dans ces pratiques émergentes ne traduit pas un rejet massif de la consommation en tant que telle ; il répond plutôt à un désir de consommer « mieux ». Alors que le pouvoir d’achat des ménages a été marqué en 2012 par une baisse historique, consommer « mieux », c’est d’abord se procurer ce dont on a besoin (ou envie) de manière moins onéreuse : d’occasion plutôt que neuf, louer plutôt qu’acheter, partager, échanger… Ces motivations d’ordre économique se sont renforcées par rapport à l’année dernière. Pour certains, il s’agit là de manières de continuer à « hyper-consommer » malgré la crise. Mais consommer « mieux », c’est aussi donner du sens à sa consommation. Les consommations « émergentes »  favorisent de nouvelles façons d’être, de retisser du lien social, de consommer plus « responsable ». Face au pessimisme ambiant et dans un contexte de défiance à l’égard des institutions, c’est une façon de reprendre la main sur sa consommation, sur la relation marchande, de mieux composer avec une contrainte budgétaire qui se durcit, de se montrer plus malin que le système… Le rôle qu’occupe Internet dans ces modes de consommation a un effet accélérateur, en facilitant les choses, mais aussi en favorisant le renouvellement de l’expérience de consommation.

Si l’impact de ces pratiques sur la sphère marchande ordinaire est difficile à évaluer, il interroge néanmoins toutes les formes du commerce traditionnel. Cet impact est notamment clairement perceptible dans certains secteurs, comme l’hôtellerie (soumis à la concurrence du « couchsurfing » et de l’échange de maison) ou l’automobile. L’Observatoire prend la mesure de l’évolution des comportements en matière de mobilité. En 2013, 17 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français ont procédé à la location d’une voiture, dont près d’un quart qui ont opté pour une formule d’autopartage (de type Autolib’) et 20 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} qui ont loué auprès d’un particulier. Environ un Français sur quatre a eu recours au covoiturage, dont 10 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} « régulièrement ». Louer ou pratiquer le covoiturage conduit parfois à s’interroger sur la nécessité de posséder son propre véhicule. Ainsi 6 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des adeptes de ces nouvelles formes de mobilité automobile affirment avoir revendu leur voiture et 10 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} envisagent de la vendre ou de ne pas la remplacer… Les grands acteurs de l’industrie et du commerce commencent à prendre la mesure de ces changements et la signification qu’il convient de leur donner. Les initiatives se multiplient pour participer à cette dynamique.

POUR EN SAVOIR PLUS

  • L’Observatoire des pratiques de consommation émergentes, mis en place en 2012, vise à appréhender le rapport des Français à la consommation, à mesurer la manière dont évoluent leurs comportements et leur degré d’engagement dans des formes de consommation qui s’écartent du modèle marchand ordinaire et qui sont, par ailleurs, très mal couvertes par les statistiques officielles. La vague 2013 de l’Observatoire, soutenue par nos partenaires l’Ilec et le PICOM, s’étend à de nouvelles pratiques de consommation collaborative et révèle des évolutions significatives. (Données issues d’une enquête réalisée en ligne par Opinéa du 8 au 24 juillet 2013, auprès d’un échantillon de 4067 personnes, représentatif de la population française de 18 à 70 ans)
  • Les résultats détaillés de l’enquête et les analyses qui les accompagnent sont présentés dans le rapport « l’Observatoire des Consommations Emergentes, Vague 2, novembre 2013 ». Sous la direction de Philippe Moati / Préface de Philippe Moati.
  • Téléchargez la synthèse (ICI)

Contact : Nathalie Damery.

n.damery@lobsoco.com

01 53 21 85 72 | 06 71 55 23 63