L'Obsoco

L'observatoire société et consommation

Menu

SOLDES : 73 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} DES FRANÇAIS ESTIMENT QUE LES ENSEIGNES GONFLENT LES PRIX « NORMAUX » sur 24MATINS

Selon une enquête réalisée par l’ObSoCo, une majorité de Français verraient de moins en moins les traditionnels soldes d’un bon œil.

Pour bien comprendre cette étude signée de l’Observatoire société et consommation (ObSoCo), son responsable Boris Descarrega nous en livre quelques clés, rapportées par LeFigaro.fr : « Pour réaliser cette étude nous sommes partis du constat qu’auparavant, il existait un prix attaché à un produit. Lorsque le prix était faible la qualité était moindre et inversement. Ce n’est plus le cas aujourd’hui avec le low cost, les ventes privées, les promotions ».

Et d’ajouter que les consommateurs sont aujourd’hui déstabilisés par des réductions proposées continuellement, en plus d’avoir la sensation qu’acquérir un produit à un prix élevé ne leur assure plus forcément une haute qualité. On apprend ainsi que 82{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des personnes sondées se posent des questions sur les tarifs dits « normaux » d’articles non concernés par une promotion.

Soldes et prix pratiqués : les Français dans le doute

Ils sont même 73{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} à soupçonner les enseignes de gonfler ces prix « normaux » sur certains produits dans l’optique de futures opérations promotionnelles. 80{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des interrogés estiment pour leur part que les magasins ne vendent pas ou pas suffisamment à perte pendant les soldes alors que la loi le leur permet. Et 65{c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des sondés pensent que les collections mises en vente durant les soldes ne le sont pas le reste du temps, faussant ainsi l’idée d’un produit « moins cher que d’habitude ».

Des consommateurs décideurs ?

Pour Rémy Gérin, responsable de la chaire « produits de grande consommation » à l’Essec, « les consommateurs sont très bien renseignés. En utilisant les comparateurs ils font pression sur les opérateurs économiques. Ils ne savent peut être plus quel est le véritable prix des produits, mais ils deviennent des acteurs de sa fixation ». Il indique dans le même temps que les enseignes, de leur côté, se soucient particulièrement de « vendre au prix juste » sous peine de voir leurs clients leur tourner le dos.

 Crédits photos : © Flickr / Erin