L'Obsoco

L'observatoire société et consommation

Menu

Le « Faire » : nouvel horizon des marchés de consommation

Cette étude – qui s’appuie sur les résultats de travaux récents menés par l’ObSoCo – se concentre sur les pratiques des Français dans le champ du « faire » au sens étroit des loisirs actifs et du « Do it Yourself ». Nous verrons qu’il y a là des marchés porteurs et des attentes fortes. Mais l’étude entend surtout pointer des enjeux qui dépassent de beaucoup cette acception étroite pour convaincre de l’intérêt d’intégrer la dimension « faire » dans les actes de consommation les plus banals, et d’inspirer ainsi aux acteurs de l’offre – marques et enseignes – des pistes d’actions les projetant dans le nouveau paradigme.

La diffusion du numérique n’est pas étrangère à l’essor du « faire ». Il a contribué à redéfinir les modalités de certaines pratiques (notamment par la formation de communautés d’amateurs en ligne), voire suscité l’émergence d’activités totalement nouvelles (les jeux vidéo, la retouche de photos, le montage vidéo, la création musicale sur ordinateur…). Mais l’engouement pour le « faire » s’explique aussi par une combinaison de motivations. C’est clairement le souci de faire des économies qui domine les motivations du faire soi-même tel qu’appréhendé dans notre Observatoire des consommations émergentes. Mais, juste après, le plaisir de faire soi-même est la deuxième motivation déclarée, suivie de la recherche d’un meilleur résultat, et du désir de réduire ses dépenses auprès des entreprises. 

Le « faire » s’inscrit à l’intersection de plusieurs tendances sociétales lourdes qu’il importe d’explorer pour mieux comprendre les mutations de la consommation.

LIRE LA SUITE

BON DE COMMANDE