L'ObSoCo dans les médias

Philippe Moati invité du Planning, épisode #7

Un nouvel épisode de notre podcast bimensuel « Le Planning » est disponible. Dans ce septième épisode, Philippe Moati, professeur d’économie à l’Université de Paris et cofondateur de l’ObSoCo – l’Observatoire Société & Consommation – fait le point sur les nouveaux comportements de consommation des Français et leurs conséquences sur le discours de nos marques.

Philippe Moati : « Carrefour, comme ses concurrents, n’a pas pris suffisamment au sérieux l’impact du numérique »

Dans une tribune au « Monde », le professeur d’économie estime que le veto opposé par Bruno Le Maire au mariage entre le canadien Couche-Tard et Carrefour relève soit d’un « calcul politicien », soit d’un sursaut stratégique de la part de Bercy pour être présent dans l’économie des plates-formes.

COVID-19: Les citadins délaissent les transports collectifs pour la marche et le vélo

Selon l’étude de l’Observatoire des mobilités émergentes, les citadins délaissent les transports en commun pour la marche ou le vélo par crainte de croiser ceux qui ne respectent pas les mesures barrières.

La “démobilité” qui s’est installée en 2020 devrait durer

Publiés mardi 19 janvier 2021, les résultats 2020 de l’Observatoire des mobilités émergentes, créé par Chronos et l’Obsoco et dont la dernière enquête s’est déroulée fin octobre – soit avant le deuxième confinement -, mettent en lumière les nouvelles habitudes de déplacement des Français : limitation très forte des déplacements, démobilité, redistribution des usages des modes de transport au profit des modes individuels… Dans le même temps l’Insee souligne, s’appuyant sur des chiffres 2017, que la voiture reste majoritaire pour les déplacements domicile-travail, même pour de courtes distances.

Mobilité : la crise sanitaire favorise la démobilité et le recours aux moyens de transport individuels

L’ObSoCo et le cabinet Chronos publient un observatoire des mobilités émergentes qui tire les premières leçons de la crise sanitaire. Les Français estiment qu’ils se déplaceront moins et utiliseront plus de transports individuels.

Les Français boudent les transports collectifs

Une enquête montre à la fois que les Français ont réduit fortement leurs déplacements entre les deux confinements et qu’ils ont privilégié les modes de transport individuels, dont l’automobile. Selon l’étude de l’Insee, 74 % des actifs utilisent leur voiture pour se rendre au travail.

Covid-19 : les Français atteints de «démobilité» et heureux de l’être

Depuis le début de la crise sanitaire, les Français se déplacent quotidiennement moins et moins loin, constate l’Observatoire des mobilités émergentes.

La voiture individuelle est la grande gagnante du Covid-19 : la SNCF sous le choc

Réalisée en octobre entre les deux confinements, une enquête sur les déplacements des Français réalisée par l’observatoire Société et Consommation (L’ObSoCo) et le cabinet d’études et de prospectives Chronos, confirme une tendance à la baisse de la mobilité, mais montre une progression de la pratique de la marche et du vélo, mais aussi de l’utilisation de la voiture individuelle. Celle des transports collectifs s’écroule. Des tendances qui pourraient même survivre à la crise. “Un petit cataclysme” à la SNCF de l’aveu du PDG de SNCF Voyageurs, alors que le PDG du groupe ferroviaire estimait l’an dernier que la SNCF aura raté quelque chose si la voiture devenait la grande gagnante de la crise sanitaire.

Transports : 2020, année de la « démobilité »

Une mobilité plus sobre et plus individuelle. Voilà, à gros traits, à quoi ressemblent les habitudes de déplacements marquées par la crise sanitaire, si l’on se fie aux tendances repérées par l’Observatoire des mobilités émergentes, une enquête annuelle publiée mardi 19 janvier par deux sociétés de conseils, Chronos et L’Obsoco.

Consommation : Vers des achats plus responsables

La crise sanitaire accélère des tendances de consommation observées depuis quelques années. Si des incertitudes persistent en raison du contexte économique encore fragile, les consommateurs semblent résolus à faire évoluer leurs pratiques.