L’Observatoire du rapport à l’alimentation (Vague 4)

Comprendre et anticiper les mutations du rapport à l’alimentation et des comportements alimentaires

Nos trois précédentes éditions de L’Observatoire réalisées en 2017, 2019 puis 2021 montraient et décryptaient la montée en puissance d’un rapport toujours plus attentif à l’alimentation de la part de Français.

L’ensemble de ces dynamiques convergeaient vers des aspirations au manger « mieux » et de fortes attentes en matière de qualité et d’éthique alimentaire.

Une transition alimentaire semblait en marche que les acteurs du secteur reprenaient d’ailleurs à leur compte. Mais qu’en est-il deux ans plus tard ?

Nos trois précédentes éditions de L’Observatoire réalisées en 2017 , 2019 puis 2021 montraient et décryptaient la montée en puissance d’un rapport toujours plus attentif à l’alimentation de la part de Français. Une attention qui s’inscrivait dans un contexte de crise du modèle alimentaire industriel (standardisation, massification, artificialisation, transformation…) et de préoccupations/inquiétudes sanitaires, sociétales et environnementales croissantes.

L’ensemble de ces dynamiques convergeaient vers des aspirations au manger « mieux » et de fortes attentes en matière de qualité et d’éthique alimentaire.  Le goût certes mais aussi l’innocuité, la santé, l’origine, les modes d’acheminement et de production, l’impact environnemental, la rémunération des producteurs, le bien-être animal, etc.

Ces aspirations et exigences s’accompagnaient de nouvelles attitudes et nouveaux comportements alimentaires (flexitarisme, recours aux protéines végétales, produits bio, locaux, « naturels », « artisanaux », régimes occasionnels ou permanents, usages d’applications d’informations…).

Qu’en est-il deux ans plus tard ? Alors que les produits alimentaires ont un connu une inflation de plus de 20%. Alors que si le « fait maison » demeure paré de toutes les vertus, la demande de praticité et de fonctionnalité semble avoir surenchéri. Alors que de nouveaux comportements se sont massifiés (télétravail, livraison de courses, repas à domicile). Alors que la montée en puissance des repères et marqueurs de responsabilité ont proliféré à la mesure même de « la fatigue informationnelle » qui bouscule les lignes de l’information et de la communication. Alors que des aspirations semblent devoir se transformer d’une alimentation « sans » (pesticides, sucres/sel ajouté, OGM…) à une alimentation « augmentée » (énergie, protéine, probiotiques, superfood…).

Grâce à son recul, un échantillon robuste et sa grille spécifique et particulièrement riche de renseignements signalétiques (reliant le sujet aux imaginaires, aspirations et contraintes des répondants), cet Observatoire doit permettre de se repérer et départir ce qui ressort d’évolutions conjoncturelles et des mutations structurelles, et pour quels types de profils.

Nous recherchons 3 partenaires pour pouvoir lancer l’Observatoire, l’investissement de chaque partenaire s’élevant à 25 000 € HT.

Pour un partenariat unique, le montant de l’investissement s’élève à 65 000 € HT.

Pour en savoir plus, contactez-nous !