Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’Observatoire des loisirs des Français

Mars 2021

Que font les Français de leur temps libre ? Une part importante de cet Observatoire des loisirs des Français, mis en place par L’ObSoCo et La Compagnie des Alpes, est consacrée à la réponse à cette question. Il vise à explorer l’usage que font les Français de leur temps libre et ce qu’ils en retirent.

Car le temps des loisirs est, par définition, un temps non contraint, dont chacun peut nourrir le contenu de manière plus ou moins discrétionnaire. Les choix faits en la matière, en disent ainsi long sur la société et les forces qui la travaillent…

En plein cœur d’une année marquée le confinement et le télétravail : Anatomie du temps libre des Français

Ce temps libre n’appelle pas l’oisiveté ; les Français sont massivement engagés dans la pratique d’activités de loisirs et dans les vacances. L’étude passe en revue 31 activités de loisirs, divisées en 18 loisirs actifs et 13 loisirs passifs. Les loisirs actifs impliquent la mobilisation de compétences et débouchent sur une production, tangible ou intangible ; ils s’inscrivent dans le registre du « faire ». Les loisirs passifs se rangent davantage dans le registre du divertissement[2].

Comment expliquer la vigueur de cet engagement dans les loisirs ?  En raison de ce que la pratique leur procure. L’étude montre qu’elle génère des états émotionnels positifs : du plaisir, bien sûr, mais aussi le sentiment d’autonomie, d’expression de soi, ainsi que le ressenti de l’état de flow, un état émotionnel caractérisé par un fort niveau de concentration et d’absorption donnant un sentiment de maîtrise de la situation. Bien évidemment, le ressenti de ces affects positifs est inégal selon les activités. Il l’est surtout en fonction du degré d’investissement du pratiquant dans l’activité.

La pratique des loisirs favorise également l’enrichissement de la vie sociale : outre le fait fréquent de pratiquer en famille, les loisirs permettent souvent d’élargir le cercle de sociabilité, au travers de la mise en contact, en mode réel ou virtuel, avec d’autres pratiquants. Enfin, la pratique des loisirs est souvent une source de valorisation de soi, en particulier la pratique des loisirs « actifs » qui conduisent à « faire », à produire quelque chose.

[2] Exemple de loisirs actifs : le bricolage, les sports d’hiver, la pratique de musique ou des arts graphique. Exemples de loisirs passifs : la lecture, la consommation de contenus vidéos, le shopping ou la fréquentation de parcs d’attraction. On ne doit pas chercher dans l’usage de ces termes un jugement de valeurs ou même une quelconque hiérarchisation des activités de loisirs. Comme le montrent les résultats de l’Observatoire, les activités des deux catégories apportent leur lot de gratification à leurs pratiquants.

Méthodologie

L’étude a été conduite sur la base d’un échantillon de 4000 personnes représentatif de la population de France métropolitaine âgée de 18 à 75 ans.

L’enquête a été réalisée en ligne par L’ObSoCo sur le panel de Respondi du 6 au 22 juillet 2020.

Notre partenaire

Cet observatoire est réalisé avec le soutien de :