L'Obsoco

L'observatoire société et consommation

Menu

NOS MODES DE VIE ÉVOLUENT, LA FOIRE DE PARIS AUSSI ! sur MOBILIUM

Du 29 avril au 10 mai 2015, 1 800 exposants et 3 500 marques se donnent comme chaque année rendez-vous au Parc des Expositions de la Porte de Versailles. « Co­lonne vertébrale » de l’évènement selon sa directrice, Carine Préterre, l’Univers Maison et Habitat représentent 70 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des ventes effectuées par les 600 000 visiteurs du salon, pendant douze jours.

foire de paris

Si la Foire de Paris équivaut à 20 hy­per­marchés, elle représente surtout une formidable vitrine pour les fabricants et distributeurs des secteurs de l’ameublement et décoration, de la construction et rénovation, professionnels des cheminées, poëles, cuisines, électroménager ou encore du jardinage. Le programme de la 111ème Edition de la Foire de Paris a presque entièrement été dévoilé les 3 et 12 février dans un hôtel cossu de la capitale. Fidèle aux éditions précédentes, le cru 2015 promet de respecter l’identité et la solide réputation que s’est construit le premier événement commercial et festif d’Europe, depuis sa création en 1904. Aujourd’hui encore, la Foire de Paris tente de capter l’air du temps et s’adapte aux nouvelles habitudes de consommation de son visitorat. En plus d’un siècle d’existence, la Foire de paris a été le témoin privilégié de l’évolution de nos modes de vie et donc de consommation. Elle en a parfois même été le déclencheur, en propulsant de nouveaux produits et nouvelles technologies aujourd’hui partie intégrante de notre quotidien sur le devant de la scène. Le Concours Lépine, qu’elle accueille, a ainsi été un tremplin incroyable vers la commercialisation pour la première machine à laver à moteur, le premier Vélib et des centaines d’autres objets.

La maison, un nouveau lieu de production
Pour saisir les mutations de notre société et adapter son offre en conséquence, la Foire de Paris s’entoure de compétences variées et notamment des services des experts de l’Obsoco (l’Observatoire Société et consommation). Cette année, elle leur a demandé de livrer une analyse de ces changements en cours, tant économiques que sociétaux, en apportant un regard prospectif sur l’univers phare du salon, celui de la Maison. Ce travail a été coordonné par Nathalie Daméry, sociologue et Présidente de l’Obsoco. Les enquêtes menées par l’Observatoire mettent en exergue des changements conséquents dans nos modes de vie, elles démontrent entre autres que le clivage espace professionnel/ espace domestique s’atténue et que les objets connectés transforment le foyer. Ce constat a pu être dressé grâce aux réponses des 4 000 personnes interrogées depuis 2011 par l’Obsoco. Les données récoltées traduisent en chiffres ces mutations sociales. 71 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français déclarent davantage privilégier le fait de cuisiner à l’achat de plats préparés ou à la sortie au restaurant par rapport à il y a cinq ans. 64 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} préfèrent l’entretien et la réparation au remplacement. 60 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} feraient moins appel à un artisan au profit de plus de bricolage et enfin, 40 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} affirment également privilégier le jardinage et la consommation des produits ainsi récoltés à leur achat. « La maison passe d’un lieu de consommation à un lieu de production. Nous ne passons pas d’un monde à un autre, il s’agit plutôt d’une tendance. 1 français sur 2 dit vouloir consommer autrement. Nous ne pouvons pas à ce stade parler d’une idéologie de décroissance, mais d’une consommation caractérisée par des signes de déconsommation. Les gens veulent échapper à la consommation traditionnelle, ils se méfient du marketing, ils veulent qu’on leur parle différemment », analyse Nathalie Daméry.

90 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des Français veulent être propriétaires
Le rapport de chacun à son nid douillet est directement impacté par nos changements de mentalités. Le logement semble à la fois immuable dans ses fondamentaux, et parfois dans son bâti en centre-ville, et pourtant il se transforme imperceptiblement grâce à nos pratiques technologiques. La crise aidant, le logement est devenu central, les Français s’approprient leur cocon au propre comme au figuré. 6 sur 10 sont propriétaires et 90 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} de la population française voudraient être propriétaires (ObSoCo, 2014). Tous n’en ont pas la possibilité, ce qui explique sans doute que 1 français sur 6 (16 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d}) déclare avoir déjà vécu en colocation, 31 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} chez les 18-24 ans (CSA, mars 2014). Le foyer est vecteur de rassurance (tradition, sécurité, abri), de reliance (un lieu ouvert), de résilience (réparation des chocs de la vie) et de responsabilisation (protection de son logis et de sa santé).

La barrière vie professionnelle/ vie privée tombe
Pour mieux appréhender les mutations contemporaines, l’Obsoco les replace dans une perspective historique. « Jusqu’au début du 19e siècle et la Révolution Industrielle, le domicile est le lieu d’activités artisanales. Lorsque le travail est sorti de la maison, c’est l’ensemble de l’habitat qui a changé. Dans les années 1980, il était quasiment inexistant », rappelle Nathalie Daméry. Mais aujourd’hui, si le travail quitte l’espace public pour s’immiscer dans l’espace privé, c’est à la fois pour des raisons économiques (auto-entrepreneurs, free-lance, artisanat, bricolage, etc.), mais aussi pour des raisons de maîtrise (de sa santé, de la qualité, de singularité). Et de citer l’exemple de la plateforme Etsi où chacun commercialise ses créations maison, exprimant ainsi ce besoin de se distinguer du voisin. Ce retour à l’économie domestique s’incarne aussi dans le home made (valorisation de soi, fierté, plaisir d’offrir). Quand un individu ne s’épanouit pas au travail, il a tendance à se reporter sur du home made, ce qui peut aussi être une source de revenus complémentaires. L’augmentation des glaneurs à la fin des marchés, le fait que les objets encombrants soient de plus en plus donnés, parfois réparés et revendus sont symptomatiques de ce phénomène. L’imprimante 3D, les nouvelles formes d’hébergement (Airbnb, etc.) et le développement des activités entrepreneuriales l’expliquent. 40 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des français travaillent à domicile en dehors des horaires de travail ; dont 25 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} régulièrement. La sociologue estime que « ces changements répartissent différemment les espaces de socialisation (le salon, la salle à manger, la cuisine) et les espaces privés (la chambre, le bureau, la pièce dédiée) et reconfigurent l’habitat en nouveau lieu de production. »

Montée en compétence de l’individu grâce aux objets connectés
« Les ustensiles intelligents, véritables coachs numériques, permettent à la fois d’améliorer les pratiques, de découvrir de nouvelles manières de faire, mais également de communiquer, via des plateformes d’échanges, avec d’autres amateurs de cuisine, de pratiquants du DIY ou d’autres bricoleurs », poursuit Nathalie Daméry. De grandes marques ont saisi le phénomène. Nestlé a par exemple développé une plateforme SOS pâtisserie. La société devient friande de formations et de tutoriels. L’économie collaborative explose. L’espace privé est reconfiguré. L’emplacement des objets technologiques évolue, la télévision ou l’ordinateur sont parfois remplacés par une multitude de petits objets mobiles (tablettes, etc.). « Nous sommes dans ces lieux ouverts et fermés, ouverts essentiellement grâce aux objets connectés et fermés sur les activités domestiques », précise la sociologue.

Miele et Cinna, des exposants fidèles à la Foire
Ces transformations de nos lieux de vie et de notre rapport au foyer s’expriment dans l’offre chaque année proposée par les exposants de la Foire de Paris. A la fois acteurs et observateurs, ils y viennent non seulement pour présenter, lancer et tester leurs produits, mais aussi pour rencontrer cette clientèle en pleine mutation. Pour Alexander Lohnherr, Direc­teur Général de Miele SAS, la Foire de Paris est « une plateforme de vente et de contact unique en son genre, partie intégrante et confirmée de la stratégie Miele France ». Comme depuis plus de vingt ans, la marque sera présente cette année au travers de deux stands, dont 180 m2 dédiés au gros électroménager et 60 m2 consacrés au centre de repassage vapeur. C’est d’ailleurs ici que son centre de repassage vapeur Fashion Master a reçu le prix du jury du Grand prix de l’innovation en 2013. « Nous n’y venons pas pour proposer des rabais puisque nous sommes une marque premium, mais plutôt pour interagir avec nos clients, les conseiller. (…). Nos chefs de produits sont d’ailleurs obligés de venir plusieurs jours, pour rencontrer le consommateur », rapporte Alexander Lohnherr. Depuis l’année dernière, un espace design a été spécialement aménagé pour accueillir les grandes marques de l’ameublement et les créateurs du secteur. Pour Cinna, l’évènement engendre plus d’un mois de chiffre d’affaires d’un magasin parisien. Le Groupe est fidèle à la Foire de Paris depuis 17 ans. Pour le fabricant et éditeur français de mobilier haut de gamme, le salon est une « source d’activité commerciale très forte durant une période très calme. Il nous met en contact avec une autre clientèle à un moment où notre clientèle habituelle, aisée, profite souvent des week-ends fériés du mois de mai pour quitter la région parisienne. A cette occasion, nous touchons une population plus large, francilienne, au-delà de notre clientèle parisienne habituelle », résume Gilles David, Directeur des magasins intégrés du groupe Roset France. Les deux marques profiteront de cette 111e édition pour lancer des nouveautés.

La Foire de Paris, carrefour du business
« La Foire de Paris est un vecteur de complémentarité entre le commerce vivant et le commerce digital. Les visiteurs sont en recherche, ils déblayent le terrain sur le digital, finalisent l’acte d’achat en point de vente et viennent toucher et essayer les produits à la Foire de Paris », s’enthousiame la Directrice de l’évènement, Carine Préterre. La Foire de Paris, c’est effectivement 200 000 m2 de superficie et presque autant d’idées. Selon les études menées par Foire de Paris, les 600 000 visiteurs qui parcourent en moyenne les allées sont mus par l’envie de découvrir des nouveautés et des innovations, la curiosité et enfin, le simple fait de « passer du bon temps ». Pendant 12 jours, la Foire de Paris devient la douzième ville de France. Le pôle Maison et Habitat rassemble à lui seul 70 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} de l’offre. 81 {c954e6686e20b1dc91f7dac6401c0eb30f86a9660b1d493b067f3ff41928732d} des visiteurs réalisent au moins un achat, pour un panier moyen de 434 euros et jusqu’à 3 719 euros au sein de l’univers maison, selon les chiffres annoncés par les organisateurs. L’innovation est au cœur de l’ADN de la Foire de Paris, le Grand Prix de l’Innovation en est la preuve. Pour sa 10e édition, le jury sera présidé par l’architecte Marcello Julia, « architecte passionnant et passionné de gastronomie ». Autre prix, lancé pour la première fois en 2015, « le Prix eBay des Nouveaux Entrepreneurs ». Foire de Paris s’associe au géant de la vente en ligne pour permettre à une jeune entreprise, élue par un jury, d’ouvrir une boutique en ligne « clé en main » sur eBay.fr, avec un an d’assistance et d’aide à la commercialisation, ainsi qu’une dotation financière. Innovation aussi avec le Concours Lépine bien sûr, qui comme chaque année sera accueilli par la Foire de Paris. Mais cette innovation doit rester humaine, en témoigne la nouvelle campagne d’affichage surfant sur la mode du selfie. 

L’évènement accumule les superlatifs à la mesure des efforts déployés par les organisateurs pour rester à la pointe des tendances et de l’innovation, tous secteurs confondus. Ainsi, un Village des objets connectés s’implantera sur le site et un espace « La Ville verte » aidera les novices à mieux appréhender le lien entre le recyclage et l’upcycling. Du côté de la programmation évènementielle, quatre journées thématiques ont été prévues : une journée dédiée à la Bretagne le samedi 2 mai, une journée spéciale Tropiques le dimanche 3 mai, une journée Enfants le mercredi 6 mai et une Fête de la Gastronomie le vendredi 8 mai (nocturne jusqu’à 22 h). Par ailleurs, la Foire de Paris accueillera cette année la Maker Faire Paris, les 2 et 3 mai, au pavillon 6.

Noémie Martin

LIRE L’ARTICLE SUR MOBILIUM-MEDIA.COM